LABOUR PROTESTS

Le passage de la nouvelle Loi Travail par la ministre Myriam El Khomri a provoqué de très vives contestations partout en France au printemps 2016.

Semblant désormais se résumer à de violentes confrontations opposants casseurs contre CRS, la couverture médiatique de la mobilisation contre la Loi Travail a particulièrement mis l’accent sur la montée du mode de contestation du Black Bloc, personnifié par la figure du “casseur” à présent omniprésent dans les médias. 

 

Très médiatisée car étant le symptôme frappant d’une jeunesse en rogne contre son gouvernement, cette manière violente de manifester marque clairement un divorce brutal entre la politique actuelle et la société. Il suffit de parler à quelques uns des milliers d’étudiants et de jeunes présents pour rapidement desceller en eux la sensation unanime de manquer d’un langage commun avec le gouvernement. A leurs yeux, le black bloc apparait de ce fait comme le seul moyen de réellement se faire entendre. 

Bien qu’occupant les devant de la scène médiatique dans l’actualité de la Loi travail, ce type de violence contestataire n’est pourtant pas nouveau en France, mais sa géographie peut expliquer en partie cette médiatisation excessive: en déplaçant ces événements des banlieues - où ils sont habituellement observés - aux centres-villes, ils se retrouvent de ce fait imposés dans l’actualité. Et, combiné au nombre grandissant de médias présents, l’essor des nouveaux moyens de communication notamment Périscope, ou encore la diffusion rapide des images par le biais des réseaux sociaux, ces facteurs ont amplement participé à enfler la polémique autour de ces protestations. 

1/3

© CHLOE SHARROCK 2020 / All rights reserved